28 février 2017 |   

Et si on fêtait Mardi Gras ?

Souvenez vous quand vous étiez petits, bien avant qu’Halloween ne fasse son entrée dans le calendrier de nos festivités, vous retrouviez les copains du quartier ou du village pour fêter mardi gras.

La tradition voulait qu’on sonne aux portes des voisins, déguisés de pied en cap, pour récolter quelques pièces de monnaie ou des œufs, de la farine pour les crêpes du goûter.  Aujourd’hui la tradition persiste avec les carnavals dans le monde entier : Rio, Venise, Dunkerque pour les plus célèbres.

Peut-être même que vos koalas sont de carnaval avec l’école ou le centre de loisirs !

Cette année, remettez la tradition au goût du jour en préparant des crêpes pour le goûter (voir notre délicieuse recette ici avec celle du caramel au beurre salé) et en invitant vos enfants à se déguiser.  
Ou organisez un peu plus tard un goûter avec les copains à la maison et improvisez un défilé de carnaval, succès et occupation garantie.
Pour les déguisements, ce n’est pas compliqué, rassemblez tous les habits qui croupissent au fond de vos armoires (effet deux en un, vous  allez enfin trier un peu…) : des vestes de costard, des robes, des chemises à carreaux, des collants… et laissez l’imagination de vos koalas faire le reste !

           

Autre domaine où vos koalas vont pouvoir laisser leur créativité s’exprimer : les masques.  Avec de simples assiettes en carton, de la peinture, des feutres et des ciseaux, ils vont pouvoir se faire une tête de panda ou une « tête de n’importe quoi ».  Sur le net, l’on trouve moult exemples de ces masques, tout comme l’on peut réussir à dénicher des tutos déguisement faciles à réaliser car sans couture : comme ces tutus , ou ces superbes capes de super-héros chez la blogueuse Lucky Sophie.

               

Partager via

24 février 2017 |   

Garance

Garance, c’est déjà un très beau prénom.

Mais c’est aussi une ligne de lingerie fine et balnéaire remarquable.

Elle ne concerne pas tout le monde. Mais justement. Elle est indispensable.

                       

Zoom sur une boutique exceptionnelle pour des femmes exceptionnelles.

Garance, marque de lingerie et de maillot de bain pour prothèse mammaire, est portée par Cécile Pasquinelli Vu-Hong, atteinte d’un cancer du sein au printemps 2010. Elle a traversé cette épreuve et supporté un traitement pendant 18 mois, au cours desquels elle a vécu la frustration de toutes ces femmes, qui se retrouvent privées de leurs atouts féminins : sein, cheveux, sourcils, cils…

Garance est bien plus qu’une marque de mode. Elle propose bien plus que des maillots de bain ou bien de la lingerie post opératoire. Elle propose une réelle aide pour les femmes. Une aide à la reconquête d’une féminité abimée.

Avec ces modèles adaptés au port d’une prothèse, les maillots de bain Garance offrent une nouvelle alternative pour toutes femmes.

Ils sont confortables, ils sont techniques, mais aussi : ils sont beaux et tendances !

Acheter du Garance, ça n’est pas seulement acheter un maillot de bain ou de la lingerie spécialisée, c’est aussi approuver cette démarche, cette histoire et dire que l’on est fière d’être une femme. C’est d’une certaine manière, participer à cette magnifique aventure et accompagner la marque dans toutes ces démarches, c’est la soutenir dans ce combat quotidien contre la démédicalisation, contre les tabous.

                            

Garance, est partenaire commerçant de Capital Koala, car nous souhaitons nous aussi soutenir toutes les femmes qui se battent contre le cancer.

Nous reversons 5% du montant de la commande effectuée, sur le livret de votre enfant.

Partager via

23 février 2017 |   

Faites ce que je dis…

Ou ... Tout ce que j’interdis à mes enfants mais que je fais en douce...

Que le parent qui n’a jamais fait quelque chose qu’il interdit lui-même à ses enfants me jette le premier bonbon. Ou plutôt le dernier bonbon, celui que vous avez mangé en douce juste avant le dîner alors que, « non, on ne mange pas de sucrerie avant de passer à table, m’enfin ! ».

                                 

On a beau être parents, on est surtout des humains catégorie « faites-ce que je dis mais pas ce que je fais » dans certains domaines. Et si l’on reste intransigeant sur la politesse, montrant aux enfants qu’il faut embrasser Tata Anita sur les deux joues un poil (ahem) piquantes, il est des moments où nous sommes juste… faibles.

Prenons le cas des gros mots. On passe nos journées à veiller et à reprendre si nécessaire nos koalas, l’on se maitrise en voiture à coup de « mais pu..rée !!!!!!, elle avance vraiment doucement la dame devant, non ? » il n’est pas rare de lâcher un bon gros « pu%t** de bord** de mer** » quand l’on renverse un bol de lait sur sa veste juste avant de partir au travail. On tente alors une petite explication « oh, je sais bien c’est pas beau mais ça soulage, je vais me contenir la prochaine fois » mais aucun de nos koalas n’est dupe.  

Le plateau télé on en parle ? Quand on pense les enfants endormis et qu'on décide de diner peinards devant une série alors qu'on leur a encore dit que ce n'était pas bon de manger devant la télé deux heures plus tôt...

Le diner justement. Celui où l'on demande aux petits koalas de rester assis... de manger sainement, proprement et de ne pas parler la bouche pleine... 
Hum.

Et là où on explose le compteur du défendu c’est avec nos smartphones. Alors que nos koalas sont interdits de tablette, console et autre télé « trop de lumière bleue, tu ne dormiras pas mon lapin et puis ça te rend niais aussi », eh hop un petit Candy crush en préparant le dîner et hop les SMS SOS « SAUVE MOI FLUTAIN » à sa meilleure pote pendant la surveillance des devoirs.
Devant vos gloussements à la réception des SMS de votre copine, ne cherchez pas à cacher la vérité... Et donnez-leur un bonbon pour vous faire pardonner !

Partager via

21 février 2017 |   

Booking – la solution voyage

Alors qu’une partie des petits koalas scolarisés sont actuellement en vacances, on se prend – nous les parents - à rêver de repos, de balades, d’aventure, de tranquillité. Imaginons ensemble…  et partons cocher les cases du module de recherche de Booking, notre partenaire commerçant.

             

Destination, nom de l’établissement ou adresse : Le Paradis, bonheur island, 5 rue de l’océan indien.

Date d’arrivée : demain (bon, ok après-demain c’est possible aussi, soyons flexible tout de même)

Date de retour : l’an prochain ? Soyons flexible on a dit, dans 2 ans, cela ira aussi parfaitement.

Vous voyagez pour le travail ? Bien sûr, emmenons tous nos dossiers, cela fera un bon matelas supplémentaire.

Nombre de chambres : une suffira, surtout si c’est une suite ou la seule de l’hôtel

Nombres d’adultes : deux amoureux ayant besoin de se retrouver à deux. Donc définitivement deux.

Nombres d’enfants : les quoi ? Ah les enfants !!

 

Allô papy mamie ? Dites donc, cela fait très longtemps que vous n’avez pas vu vos petits enfants non ? Le week-end dernier ? Ah oui ? Mince.

 

Bon, je vais changer la date de départ et mettre pour le week-end prochain. Un petit séjour en amoureux cela ne se refuse absolument pas. Au contraire.

En plus, j’ai les arguments infaillibles concernant la facture :

Booking nous trouve les meilleures offres chaque jour pour tous les budgets

Il est possible de modifier ou même annuler (en cas de varicelle du p’tit dernier) à tout moment.

Capital Koala reverse 3% du montant dépensé sur le livret d’épargne des enfants !!

Partager via

18 février 2017 |   

Portrait de Marlène Schiappa

Présidente et fondatrice de l’association Maman Travaille (ou comment concilier sa vie pro et perso), auteure, adjointe au Maire du Mans déléguée à l'égalité et à la lutte contre les discriminations, mère de deux enfants … bref Marlène Schiappa mène de front toutes ses activités… et toujours avec passion.

                                                

 

Capital Koala : « Bonjour Marlène et merci de nous accorder quelques minutes de votre temps pour les lecteurs du Mag’ de Capital Koala. Justement, quel est votre secret pour gagner du temps au quotidien ? Des astuces testées et validées ? »

 

Marlène Schiappa : «Bonjour ! En fait je suis tellement fascinée par les mères qui travaillent, et par les autres femmes en général d’ailleurs, que j’avais compilé il y a quelques années toutes leurs astuces de conciliation vie pro / vie familiale dans un livre :  " Les 200 astuces de Maman travaille " (éditions Leducs). Mon truc personnel n’est pas vraiment une astuce, c’est simplement que j’ai la phobie du temps perdu… Je ne supporte pas de ne rien faire. Avec les bons et les mauvais côtés de cette phobie ! Mais par exemple, je compte le temps en chansons dans ma tête ce qui me permet de toujours savoir où j’en suis, j’ai deux chansons pour préparer le diner, quatre chansons pour aller à l’école, dans trois chansons je termine ce dossier… Au-delà de ça, je ne fais que des choses qui me passionnent totalement : la littérature, la politique, le web, le cinéma, les formations ou conférences sur l’égalité… je ne vis rien de tout ça comme une contrainte, plutôt comme quelque chose dont il faut profiter parce que je l’aime, et qui me donne le sentiment d’être utile à mes semblables !

 

CK : « Vous êtes indéniablement très connectée au quotidien. Vous arrivez à décrocher de temps en temps, pendant vos vacances par exemple ? »

 

MS : « Non, jamais. Je suis connectée 7 jours sur 7 et je n’éteins jamais mon téléphone. Pendant les vacances, j’emmène mon ordinateur pour travailler, avancer sur des romans… Cet été ma fille aînée m’a même offert un étui étanche pour consulter mes mails depuis la plage d’Ajaccio. Mais il y a des plages sur lesquelles je déconnecte : quand je suis en Corse dans le maquis ou sur des plages un peu isolées, là où on ne capte pas, l’été. Et si je suis à un match de foot ou à un concert. »

 

CK : « Vous vivez au Mans depuis quelques années mais allez régulièrement à Paris, vous semblez avoir trouvé votre équilibre. Que conseilleriez-vous aux personnes tentées de quitter la capitale mais qui ne savent simplement pas comment s’y prendre ? »

 

MS : « Je ne sais pas si j’ai trouvé mon équilibre, mais je leur conseillerais de sauter le pas s’ils le sentent comme ça ! Il y a trois ans ½, j’ai décidé de m’endetter pour 22 ans en achetant une maison que j’avais vue une fois dix minutes dans une ville où je n’avais jamais mis les pieds avant. Les grands-parents de mes filles sont des Marseillais qui se sont installés en Sarthe, donc c’était bien pour elles qu’elles puissent s’en rapprocher car elles s’entendent très bien avec eux. Mais je ne connaissais personne. Aujourd’hui, dès que je mets un pied dehors je tombe sur des amis. Et j’y ai pris des responsabilités en acceptant de rejoindre la liste du Maire pour les municipales, dont je suis depuis trois ans adjointe au Maire déléguée à l’égalité, et conseillère communautaire sur l’innovation technologique et l’attractivité économique.

Le Mans a l’avantage d’être une ville vraiment chaleureuse et accueillante, où tout est moins cher. Pour 270 000 euros ici vous avez une maison des années 30 en centre ville, pour 40 000 euros, un petit appartement. Vous pouvez offrir une tournée au bar à vos amis sans avoir à vendre un rein pour la financer. Quand on aime comme moi les restaurants et les bars, c’est un vrai atout.

Et il y a une activité économique réelle puisque l’on vient d’obtenir le label French tech et on ouvre bientôt la Cité de l’Innovation qui va permettre d’accueillir mieux les start-uppers et porteurs de projets innovants, notamment sur le thème des nouvelles mobilités qui est notre domaine d’expertise avec les 24h du Mans, mais aussi le secteur des assurances, de l’acoustique… »

 

CK : « Chez Capital Koala, nous soutenons les parents qui souhaitent mettre petit à petit un peu d’argent de côté pour l’avenir de leurs enfants. Nous leur reversons un pourcentage de leurs dépenses effectuées chez nos e-commerçants partenaires. Et chez vous, vous parlez de l'avenir de vos filles, elles savent déjà ce qu'elles souhaitent faire plus tard comme études, métier(s) ? »

 

MS : « Oui, elles sont très déterminées. Pour elles, l’école est quelque chose de sérieux et de très important. Souvent ce sont elles qui me demandent de vérifier les devoirs… Ma mère est proviseure, mon père historien et était prof d’histoire, ma sœur est directrice d’école, ma grand mère était institutrice au Maroc, parmi les sœurs de ma mère il y a des professeurs de lettres, la tante de mes filles est conseillère d’éducation dans un collège… bref, elles n’ont pas tellement le choix.

Je fais à ma fille aînée des dictées politiques ou littéraires, je prends des extraits de livres comme Victor Hugo témoin de son siècle, ou des plus beaux discours de Mitterrand ou de Napoléon, et je lui dicte. Du coup, elle a une conscience citoyenne très élevée et critique. Elle a récemment écrit à la Maire de Nantes pour l’interpeller sur l’utilisation de l’eau potable par l’éléphant des machins de l’île… Ma fille cadette quant à elle est encore à l’école maternelle mais sa maitresse m’a dit qu’elle prenait très au sérieux les exercices, elle déteste perdre.

Elles lisent aussi des extraits des livres que j’écris et forcément, sont très musique, spectacle… On passe beaucoup de notre temps en famille à jouer du piano ou à créer des chorégraphies. Elles sont aussi passionnées par le stylisme toutes les deux ce qui est parfois problématique, quand je leur explique que porter un bas de tutu avec des Stan Smith, un gilet en fausse fourrure et une chapka, c’est beau dans le cadre d’un atelier créatif mais moins adapté pour l’école…

Cela dit, elles sont à un âge où elles parlent plus souvent du futur de leur vie amoureuse ou familiale que professionnelle. Elles m’ont informé que ma chambre deviendrait une vidéothèque quand je partirai, je crois qu’elles n’ont pas tout compris au principe…»

 

CK : « Au quotidien, vous êtes plutôt " on note tous les rendez-vous familiaux sur le calendrier de la cuisine " ou agenda électronique partagé avec votre conjoint ? »

MS : « Rien de tout ça, je suis à l’ancienne avec un gros agenda papier bourré de post it, de cartes de visite et de documents, convocations, courriers… j’ai besoin d’écrire avec un stylo mes rendez-vous pour les matérialiser. Pourtant je suis une « digitale native » mais j’ai besoin de concrétiser le temps, comme avec les chansons.»

 

CK : « Et quelle est l’application dont vous ne pouvez pas vous passer ? »

 

MS : « Telegram, c’est la seule appli que j’ai. Mon iPhone a peu de stockage, j’ai du supprimer toutes les autres. Je n’ai même pas Facebook, ce qui m’évite d’avoir des notifications, c’est moi qui m’y connecte quand j’en ai envie (bon c’est a dire souvent, OK).»

 

CK : Pour terminer, vous êtes plutôt dans la catégorie « sorties shopping » ou « shopping en ligne » ?

 

MS : « Je ne suis pas du tout shopping à la base, rapport au temps perdu justement… laughing Donc je ne passe pas du temps à errer dans les magasins, j’y vais si je sais précisément ce que je veux acheter et je fonce. L’avantage d’avoir passé les 30 ans, on sait ce qui nous va et ce qu’il faut éviter, à priori.

Mais après une expérience terrible en ligne, j’achète plutôt des vêtements au Mans tranquillement sur le chemin du retour de la Mairie ; et quand je vais à l’étranger, j’achète des accessoires de luxe, qui durent très longtemps. Cela revient finalement moins cher que de devoir acheter 10 fois le même chemisier "bas de gamme" parce qu’il périclite…

 

Merci Marlène pour ces confidences sur votre quotidien et vos bons conseils. Donc pour ne pas perdre de temps, nous avons bien noté : il suffit d’être tout le temps occupé, de remplacer sa montre par la radio et de compter en chansons plutôt qu’en minutes !  On vous dit ça fonctionne pour nous dans… une playlist de 30 titres, ok ? 

Partager via

15 février 2017 |   

Le salon de l’agriculture c’est vachement bien !

Sortie familiale incontournable, le salon international de l’agriculture (SIA) revient du samedi 25 février au dimanche 5 mars 2017 au Parc des expositions de la Porte de Versailles.

                           

Bonjour veaux, vaches, cochons ! Mais aussi, chèvres, chevaux, chats, chiens, poules, lapins… près de 4000 animaux, plus de 350 races et 1200 éleveurs seront présents sur le SIA. Le salon est très fréquenté (610 000 visiteurs l’année dernière), aussi autant que possible, évitez les week-ends (louper une journée d’école pour aller au salon, ce n’est pas vraiment sécher c’est étudier la biologie animale et végétale).

Top pour la famille !

Des activités spéciales pour les enfants sont prévues et afin de faciliter la visite des petits, une entrée à la porte B est spécialement dédiée aux familles. Elles recevront un sac à dos contenant un kit pour une visite tip-top: des goodies, un bracelet enfant, un plan pour repérer les espaces enfants et la nurserie. Et pour les pauses, rendez-vous au pavillon 4, des espaces accueillent spécialement les familles.
Le SIA, se découpe en 4 univers répartis sur les différents pavillons : entre la filière élevage, les métiers de l’agriculture, la filière végétale et les Produits des régions de France, d’Outre-mer et du Monde. Clairement, pour vos petits, privilégiez les pavillons élevage : vaches, moutons, chèvres et cochons dans le pavillon 1, chevaux, poneys et ânes dans le pavillon 6, les chats, chiens dans le pavillon 8, les animaux de la basse-cour et les lapins (pas crétins) dans le pavillon 4 et ceux « élevage du monde » dans le pavillon 5.3.  Pas de panique, le salon est grand mais des plans sont dispo sur le site et même une application dédiée. Le salon est ouvert de 9 à 19h tous les jours (attention pas de nocturne cette année) et côté tarifs, l’entrée est gratuite pour les moins de 6 ans, pour les 6 à 12 ans elle est à 7€ et à 14€ en plein tarif.

Allez, courez embrasser Fine, la vache de race Pie Bretonne, égérie de cette 54e édition !

Pour vous y aider, notre partenaire FNAC Spectacles vous propose de gagner deux entrées pour le salon ! Cela se passe sur notre page Facebook jusqu'au 22 février.

Partager via

13 février 2017 |   

Saint Valentin : on se ressaisit !

Avant d’être les heureux parents fatigués de vos koalas, vous étiez du genre Saint Valentin ou rien.

Repas réservé à l’avance dans le restaurant où vous aviez dîné ensemble pour la première fois, cadeau cœur cœur love acheté, bref le 14 février c’était sacré.   

Ou... tout l’inverse, enfants ou pas, vous n’avez jamais rien organisé à cette occasion « la Saint Valentin c’est toute l’année »

Mais force est de constater qu’avec l’arrivée des enfants, la soirée love de Saint Valentin ou de Saint Germain, forcément c’est un peu plus de boulot pour la mettre en place. Faire garder les enfants, penser à réserver le resto (et pas la veille) et avoir envie de sortir. Eh oui la vie de jeunes parents ça rend casanier …

Parents, ressaisissez vous ! Et si cette année, vous profitiez de la Saint Valentin (le 14 février ou quelques jours après, on ne va pas chipoter) pour remettre sur les rails vos sorties en amoureux ? Vous verrez une fois cette routine (positive) mise en place, vous vous demanderez comment vous avez pu vous en passez aussi longtemps.

En fait c’est assez simple et pas la peine de sortir le grand jeu à chaque fois pour souffler en amoureux. Dès maintenant calez plusieurs dates dans vos agendas. Ensuite, trouvez un/une baby sitter et voyez avec il/elle ses disponibilités. Vous pouvez également demander aux grands-parents, amis… de vous garder les enfants une soirée (et même jusqu’au lendemain matin, soyons fous).

Personne pour vous aider ? Pas de panique ! Passez chez le traiteur, mettez vos enfants au lit un peu plus tôt et dinez dans le calme ! Prolongez la soirée devant un film (que vous n’aviez pas pu voir au ciné, ahemm) ou votre série préférée.

Vos koalas ne vous laissent aucun répit même couchés (j’ai soiiiif/enviiiie de faire pipiiii), transférez ce moment le midi ! Retrouvez-vous au resto ou à la maison, peu importe mais trouvez vous un créneau rien qu’à deux !

Allez, love is in the air. 

Partager via

10 février 2017 |   

La nouvelle collection BLANC de la Redoute

Si l’on vous dit blanc, vous répondez quoi ?

Ici on a fait le test et le premier mot trouvé fut … neige !

C’est de saison hivernale il faut dire.

Mais n’oublions pas que c’est également la grande saison du blanc, celle du linge de maison !

Traditionnellement janvier, notamment, est le mois du blanc. Savez-vous pourquoi ?

Eh bien nous avons un peu cherché et selon la Chambre des métiers et de l’artisanat. Cela vient d’Aristide Boucicaut, fondateur du « Bon marché » à Paris, pionnier du commerce et des grands magasins, qui invente le « blanc ». Un jour d’hiver, alors que son magasin est vide pour cause de neige, il a l’idée de promotionner le linge, afin d’attirer les clients. Une aubaine dans cette période d’après fête qui est naturellement calme.

 

C’est donc la grande période pour changer draps, serviettes de toilette et autre parure de lit complète ! La Redoute propose actuellement une très jolie – et colorée – collection de blanc avec des promotions allant jusqu’à -40% !

 À découvrir d’urgence.                     

Ça ne vous tente pas une bonne couette moelleuse et douce pour vos grasses matinées du week-end ? 

         

Ah non pardon, c’est vrai… vous avez des koalas lève tôt…

 

Bon alors, plutôt pour une belle bataille d’oreillers en famille ?

          

 

N’oubliez pas qu’avec Capital Koala, vos achats vous permettent d’épargner pour l’avenir de vos enfants. Dans le cas de La Redoute, on vous rembourse jusqu'à 9% sur leur livret d'épargne !



 

Partager via

8 février 2017 |   

La KOAlition familiale qu’est-ce que c’est ?

Les proverbes ne manquent pas sur le sujet :

« Seul on va plus vite mais ensemble on va plus loin »

« L'union fait la force »

« Plus on est de fous plus on rit »

Alors, comme chez Capital Koala, nous faisons tout pour vous aider à épargner le plus facilement et le plus rapidement possible pour l’avenir de vos enfants, nous vous proposons d’inviter les membres de votre famille, vos amis même (!!) à s’unir.

La KOAlition familiale c’est quoi ?

C’est la meilleure façon d'augmenter rapidement l'épargne de vos enfants en réunissant toute la famille autour de ce projet. En invitant les grands-parents, les oncles et tantes, et même vos amis sur Capital Koala, vous allez créer ce que nous appelons une KOAlition familiale. 

Une fois inscrits, LEURS achats aussi sont remboursés directement sur le livret d'épargne de VOS enfants. Ils peuvent aussi choisir comment répartir leurs remboursements entre leurs petits-enfants, neveux, nièces, etc.

 

LE SAVIEZ- VOUS ?

Les membres qui créent une « KOAlition familiale » autour de leurs enfants épargnent en moyenne trois fois plus. C’est la force du réseau social familial !

Pour inviter les membres de votre famille à prendre part à la constitution de l’épargne de vos enfant, c’est par ici que cela se passe !

Partager via

6 février 2017 |   

Skier est fait n’est plus à faire

Les vacances d’hiver approchent (oui déjà pour la Zone C) et vous faites partie des chanceux qui partiront à la montagne pour un séjour au ski en famille.
L'équipe de Capital Koala vous donne un petit coup de main pour la check list avant départ histoire de gagner du temps et conserver votre énergie pour ces vacances en famille ?

                            


Evidemment vous avez déjà sorti l’énorme caisse de vêtements « ski » et fait le point sur les combi, manteaux, casques, masques et autres gants histoire de voir si tout va encore à chacun. Non ? Un conseil n’attendez pas trop pour vérifier, nous vous rappelons que votre dernier koala a pris 10 cm en une année, ce serait ballot de devoir courir les magasins la veille ou même une fois arrivés à la station : soit vous n’aurez pas la taille voulue, soit il vous en coûtera deux bras.

De même toutes les stations proposent de réserver en ligne les forfaits des remontées mécaniques, vous mettent en lien avec les écoles de ski pour retenir les cours et avec les boutiques de location de matériel.

Ca évite les surprises et la perte de temps une fois sur place !

Toujours dans l’objectif de profiter un maximum des pentes enneigées, pensez dès maintenant aux repas de cette semaine "de vacances", avec en mot d’ordre la simplicité !  Vous n’aurez de toutes façons pas le matériel nécessaire pour confectionner des diners gastronomiques. Le midi, les sandwiches facilitent la vie et font gagner de précieuses minutes sur les pistes.
Programmez un drive juste avant de monter à la station, les courses seront ainsi faites, pas besoin d’y retourner, sauf pour le frais et les envies de fromage !

Dernier point pour être certain d’en profiter jusqu’au dernier flocon, si vous êtes en location prévoyez dès maintenant de réserver le ménage de votre logement (si ce n’est pas inclus).

Enfin, pour vous faciliter la partie de Tétris au moment de remplir le coffre, mettez vos volumineuses affaires de ski dans des sacs sous-vide dont vous aurez extrait l’air avec un aspirateur. Economie de place assurée !

Voilà, vous êtes prêts ! Ah, non encore une chose, vous avez bien entendu des chaînes dans votre voiture ou êtes équipés de pneus neige car ils sont obligatoires en cas de mauvais temps.

Allez, skiez jeunesse ! 

Partager via