# #

Mal des transports : comment l’éviter

28 juin 2019

Vous roulez depuis à peine 15 min que Germain se tient déjà le ventre et vous demande de vous arrêter de toute urgence, il a envie de vomir ! Rhaaaa, à chaque déplacement en voiture ou en train c’est la même chose, vos enfants sont malades !

                                      

Le mal des transports : à cause de quoi ?

Au moindre gémissement à l’arrière, on leur dit « regarde la route ! » « arrête de bouger ! » et sans peut-être le savoir, c’est pas si bête ! Car le mal des transports est occasionné par un conflit entre le cerveau et l’oreille interne. Les yeux indiquent au cerveau qu’il n’y a pas de mouvement alors que l’oreille interne en détecte. C’est pas de bol de devoir gérer un conflit de plus à l’arrière de la voiture mais c’est le lot de beaucoup de parents car le mal des transports touche plus les enfants (qui ne savent pas se retenir de vomir, donc) que les adultes et ça commence dès l’âge de deux ans.

Les symptômes du mal des transports

Si Germain a mal au cœur, s’il se sent fatigué, étourdi, s’il a mal à la tête, s’il transpire et s’il vomit… on ne vous fait pas un dessin, il est malade en voiture ! Enfin rassurez-vous, il n’est pas obligé de cumuler tous ces maux !

Avec le temps, ces symptômes s’estompent, voire disparaissent, car le cerveau s’habitue à la différence des informations entre la vision et l’oreille interne

Comment atténuer le mal des transports ?

Il y a quelques astuces simples pour l’éviter ou au moins le réduire.

>  Partez la nuit. Parce que les enfants dorment et ont donc les yeux fermés (logique) et parce que la circulation est plus fluide. Car les coups de freins et accélérations répétés accentuent le malaise.

> Voyagez le ventre ni trop plein, ni trop vide. Préférez un repas léger avant le départ et attendez au moins heure pour partir.

> Ouvrez les fenêtres pour faire circuler l’air frais.

> Prenez des pauses régulièrement

> Encouragez vos enfants à regarder la route devant eux et par au travers des vitres.

> Demandez-leur de ne pas lire ou jouer à un jeu vidéo par exemple.

> Des médicaments et de l’homéopathie peuvent aider, adressez-vous à votre médecin et/ou votre pharmacien qui sauront vous conseiller.

 > Ayez toujours un stock de sacs.

Et n’oubliez pas de vous munir de tout ce qu’il faut pour nettoyer si jamais il a quand même vomi, faire passer (un peu) l’odeur, sans oublier ce qu’il faut pour le rafraîchir et le changer.

Allez, bonne route !