13 février 2018 |  #saintvalentin #fêterlasaintvalentin #valentinesday #love #amour 

Peut-on fêter la Saint Valentin quand on est jeunes parents ?

Nous ne parlons pas ici du « droit de fêter la Saint Valentin » parce que heureusement on en a le droit aussi malgré les cernes et les traces de régurgitations du bébé sur notre pull, mais bien de comment faire ?

Entre les nuits hachées comme des steaks et donc la fatigue, les biberons à laver ou les tétées à donner, les repas à préparer et les bodys et autres pyjamas à laver, la Saint Valentin, on n’a pas tellement l’énergie de la fêter.

Oui, bon, c’est vrai, il ne faut pas attendre la Saint Valentin pour fêter son amour. A la Saint René, on peut aussi fêter l’être aimé !

Quand on est pourvus de tout petits koalas (moins de 80 cm quoi), il faut savoir saisir toutes les occasions les plus simples pour montrer que l’autre compte pour soi : un simple café réchauffé par l’être aimé ou un vomi épongé peuvent relever de la preuve d’amour ultime.

Mais reprenons-nous !

Faisons de ce jour une belle piqure de rappel (ça changera des rappels de vaccins) et fêtons la Saint Valentin simplement !

Pas la peine de sortir pour prendre le temps de se retrouver, en plus cela évite de devoir trouver une solution de garde pour les petits koalas.

Il faut juste s’organiser autrement. Essayer de coucher les enfants plus tôt si c’est possible et soit se faire livrer un bon repas, soit passer chez le traiteur.

                                                     
                                   Attention ! Pas de bruit en croquant dans ta pizza, tu vas réveiller le bébé!

Et hop un dîner juste tous les deux (ou avec Colette dans le transat).

Si les enfants font de la résistance, on les fait manger seuls et on mange après eux, au calme. Ou mieux encore, on en profite pour se faire un chouette plateau télé devant sa série préférée, le truc qu’en temps normal on ne s’accorde jamais, pas vrai ?

Et si vraiment on n’y arrive pas... on se dit que ces enfants là, un jour grandiront.

Et qu’on a au moins 10 ans pour planifier une Saint Valentin de dingue !

(Toujours voir le bon côté des choses)

Allez, cœur avec les doigts....

Partager via

11 février 2018 |  #choixprenom #choisirunprenompoursonenfant #prenomenfant #prenomoriginal #prenomancien #prenomgarcon #prenomfille 

Mais vous n’allez quand même pas l’appeler comme ça ?

Dans les joies de l’attente de bébé, il y a bien sûr le choix du prénom. Avant de connaître de le sexe du futur petit Koala, on imagine déjà quel prénom il ou elle portera. On en discute en couple, on tente la persuasion si l’autre n’est pas emballé par nos choix et puis on finit par faire ses propres listes dans son coin.

                                             

La guerre des listes

Puis on compare nos envies et catastrophe, aucun prénom en commun. L’un préfère les prénoms tendances quand l’autre veut de l’originalité à tout prix.

Et c’est alors que commence une véritable guerre de tranchées et on exagère à peine !

Chacun trouve des dizaines d’arguments pour que l’autre cède en sa faveur :

  • oh non, impossible ça ne va pas du tout avec le nom de famille !
  • oh mais arrête on connaît déjà 10 petits garçons avec ce prénom !
  • oui, c’est un joli prénom, mais non. Parce que la pire peste de ma classe CE2 s’appelait comme ça.
  • non, non, et non, on ne l’appellera pas comme ta grand-mère, elle a vraiment un sale caractère
  • oh mais regarde la signification « sensible, intelligent, bienveillant » c’est pas un argument, ça ?
  • mais non, c’est pas le prénom de mon ex ! Oh juste un bisou en 4e, ça compte pas !
  • allez, ok je choisis le prénom du futur bébé et toi celui d’après, tope là !

Quand enfin on s’est mis d’accord et que la paix est revenue, trop heureux d’y être arrivés, on décide de l’annoncer à son entourage.

Grossière erreur de débutant !

Entre la meilleure amie qui est déçue parce qu’elle aussi voulait ce prénom pour son futur enfant, la belle-mère qui avec son tact habituel « trouve ce prénom horrible » et la future tata qui lui a déjà dégoté un surnom ridicule, on se dit qu’on aurait mieux fait de garder la surprise à la naissance ! En plus, voilà que maintenant, on n'est plus certains de notre choix....

Pour le prochain ce sera embargo sur le prénom ! Non mais oh !

Partager via

2 février 2018 |  #pateatartiner #nutellamaison #pateauxnoisettes #pateatartinerfacile #recettenutellamaison #recettepateatartiner 

La pâte à tartiner maison : facile et miaaaaaam

Les crêpes on peut en manger toute l’année mais à la chandeleur elles sont in.con.tour.na.bles ! En plus ça fait un repas en moins à trouver, hop ce vendredi soir, on fait sauter les crêpes en famille (ou d’avance si vous ne voulez passer votre temps à ramasser les crêpes au sol).

L’année dernière, nous vous avions donné la recette des crêpes et du caramel au beurre salé maison. Et pour cette chandeleur 2018, on s’est dit pourquoi ne pas se lancer dans la pâte à tartiner maison ? Elle est en ce moment sous le feu des projecteurs et finalement hyper simple à préparer maison. Et super miam !

Voici la recette testée et approuvée par la rédaction du Mag’ !

                                                   

Les ingrédients :

200 g de noisettes

200g de chocolat noir spécial pâtisserie

25 cl de crème liquide entière

40g de sucre en poudre

2 cuillères à soupe d’huile de tournesol (ou huile neutre en gout)

D’abord, il faut torréfier les noisettes en les étalant sur une plaque et en les passant 15 min au four à 150°.
Avec cette étape, le gout des noisettes est révélé, l’excès d’humidité s’évapore et vous pourrez en retirer facilement la peau en les frottant dans vos mains après refroidissement.

Pendant que les noisettes sont au four, hachez le chocolat au couteau et réservez les morceaux.

Quand les noisettes ont refroidi, mixez les au robot. D’abord à grande vitesse pour les réduire en poudre puis à vitesse moyenne (et en décollant la préparation de la paroi du bol du robot) jusqu’à obtenir une pâte de noisettes.

Mettez cette pâte dans un saladier.

Dans une casserole, portez à ébullition la crème liquide avec le sucre. Versez la crème bouillante (attention ça monte très très vite !) sur le chocolat et la pâte de noisette. Couvrez et laissez reposer 5 min. Mélangez ensuite pour obtenir une préparation lisse et homogène. Incorporez l’huile. Mélangez à nouveau.

Voilà, vous avez de quoi remplir 2 pots, un pour vous seul(e) et un pour vos petits Koalas :P

                                              

 Vite des crêpes et que ça saute!

 

Partager via

30 janvier 2018 |  #honte #honteparentale #petitehonte #momentdegeneparental #geneparentale 

Mini honte mais elle fait le maximum

Quand on est pourvus de charmants petits Koalas, assez vite, quand ils commencent à parler on est parfois souvent confrontés à des moments de … honte. Vous savez ceux dont on rit quelques mois après. Histoire de vous sentir moins seul(s), on vous a compilé quelques moments de solitude parentale !

Catégorie « boire est dangereux pour votre santé et votre réputation »

« Papa, il picole dans son atelier » au lieu de « Papa, il bricole dans son atelier » prononcé par M, 3 ans, à un monsieur venu pour un rendez-vous.

Ophélie a quant à elle dit bien innocemment à la caisse de son supermarché « Voilà je crois que je n’ai rien oublié » pour se voir rétorquer un sonore « ben non maman t‘as pas les bières de papa ! Il a besoin de bières papa ! » par son fils soucieux de l’hydratation de son père. Ou encore, le fils de Manu qui a demandé au pompier venu vendre un calendrier s’il voulait prendre l’apéro.

Catégorie « la vérité sort de la bouche des enfants ou pas »

Anaïs a vu ses jumeaux de 5 ans accueillir chaleureusement le vendeur d’assurances :

«-pourquoi tu as une tête de voleur?
 -c est vrai que tu ressembles à un voleur, monsieur. »

Laurette a, pour sa part fait l’expérience de l’enfant qui écoute les conversations téléphoniques : «  il y a quelques années j'ai eu un chef qui sentait très mauvais. Avec ma collègue on le surnommait "chlingue"... lors de nos nombreux appels. Un mercredi ma mère me dépose les enfants au travail et mon petit a crié bien fort sur le parking "il est là le "chlingue" ?". Le bureau du chef donnait bien entendu sur le parking. Et comme il faisait chaud sa fenêtre était grande ouverte. »

Dans le même style odorant, Céline a vu sa petite de 4 ans dire au médecin en fin de consultation « Au revoir t'es belle....mais tu pues »

                                     

Catégorie « palme d’or de la honte » (mais ces mamans en riront un jour) (peut-être)

Pour cette Palme d’or sont nommées Déborah, Magali, Hélène et Angélique.

Au restaurant, la fille de Deborah, alors âgée de 4 ans, âge où l’on ne sait pas chuchoter : « Papa, t’as moins mal à l’anus? » (pour la nuque) »

Pour Magali, alors que la gastro a frappé la maison un week-end, le lundi matin, à l’arrêt du bus scolaire, son enfant qui était accompagné de son père a hurlé sa vérité : «  Bonjour tout le monde ! Mon papa a la diarrhée ! »

Pour Hélène, alors qu’elle assiste avec son mari et ses enfants (les seuls présents) à la cérémonie du 11 novembre de leur village, elle voit sa fille imiter Madame le maire pendant la lecture son discours. Sa fille s’était donc placée… juste à côté du maire...

Et pour terminer cette petite compilation, le témoignage d’Angélique dont le fils a dit au Monsieur en charge de la sécurité d’un supermarché (il enlevait un antivol) « allez à ce soir Papa ! » et sa mère s’est retrouvée bouche bée face au monsieur... mort de rire.

Bien entendu, on attend les vos « mini hontes » sur notre page Facebook en commentaire !

Partager via

25 janvier 2018 |  #parentalité #education #educationbienveillante #bienveillance 

Ces moments où on laisse faire (sans en avoir l’air)

Parents du monde enfin, enfin au moins les lecteurs de ce Mag’, avouez tout !

Nombreux sont les moments où l’on laisse couler, on laisse tomber, on baisse les bras même.

Parce qu’avant d’être des parents, nous sommes avant tout… des êtres humains avec nos faiblesses et surtout notre fatigue.

Nos petites combines...

Prenons par exemple, le brossage des dents. Qui n’a jamais fait semblant de croire son petit dernier quand il dit avec beaucoup d’aplomb « ah si je m’a lavé les dents ! » et de nous faire toucher sa brosse à dents mouillée… car il l’a juste passée sous le robinet. Parce qu’on est las ce soir là, on a pas envie de le contredire et on l’expédie au lit sans lui demander de repasser par la case lavabo. Mais en gagnant 10 minutes de notre soirée !

Ou encore quand Colette la cadette a oublié le cahier de maths et puis celui de français et même celui de poésie. Alors qu’un simple SMS aux parents de sa meilleure amie sauverait cette séance de devoirs (et Colette le sait bien), on lance un « bon, je vais te faire un mot d’excuses dans le cahier de liaison » et ni vu, ni connu, on peut passer à autre chose !

Et à table ! Toutes les fois où dès qu'on a le dos tourné, Germain nourrit le chien avec le dîner et qu’on le gratifie d’un « c’est bien, tu as fini toute ton assiette ». Rien que l’étonnement de Germain devant notre fausse naïveté vaut le détour, non ?


                                      

Et ces fois où on a cédé à la demande de René, le petit dernier, avant qu’il ne réclame à corps et surtout à cris un paquet de bonbons au supermarché. On n’a pas toujours envie ni l’énergie de gérer la frustration de nos petits Koalas, parfois on laisse tomber nos principes, on fait juste comme on peut.

Nos enfants ne sont pas dupes et ne nous le sommes pas non plus. Ces petits moments de laisser aller ne deviennent pas pour autant une généralité. Ils font juste partie de notre vie de parents.

Partager via

21 janvier 2018 |  #pouleauriz #pouleaupot #recettefacile #platdudimanche #bouillondepoule #bouillonpoulemaison 

La poule au riz du dimanche (et des jours d’après)

Nous tenons cette recette d’un membre de la rédaction et c’est non sans mal que nous l’avons obtenue. Même si elle ne vous semblera peut-être pas être la recette officielle, nous avions à cœur de vous la partager tellement elle est à … tomber par terre ! (Ouille)

La poule au riz

      

C’est toute notre enfance et c’est un bonheur de la faire découvrir à nos petits Koalas. En plus, elle est très simple à préparer (et très économique) !

 Ingrédients pour 6 à 4 personnes

-une poule (à prendre chez votre boucher/volailler)

-de l'eau froide

-deux feuilles de laurier (ou pas) (c’est pour le goût)

-un oignon piqué d'un clou de girofle (ou pas) (c’est pour le goût)

-du sel

-du poivre

-des blancs de poireaux (et avec le vert vous pourrez faire de la soupe)

-des navets

-des carottes

La cuisson (minimum 2h30) (mais plus ça cuit plus c'est bon)

Mettre la poule dans la cocotte et poser la cocotte sur la zone de cuisson. Recouvrir la poule d'eau froide à hauteur (elle trempe mais ne se noie pas ;) !) et ajouter le sel, le poivre, le laurier.

Portez à ébullition. Quand vous obtenez un petit bouillon, réduisez et gardez un petit frémissement. Au bout d'une bonne heure, ajoutez les carottes et les navets. 1h plus tard c'est au tour des poireaux. Attention à ne pas les mettre trop tôt, sinon ils se « démontent ». Si jamais vos légumes sont cuits, réservez les au chaud en attendant de les servir avec la poule ou remettez-les un court instant dans le bouillon avant de les servir pour les réchauffer.

Pour la sauce blanche d’accompagnement :

Il vous faut :

-environ 30g de farine 

-environ 30g de beurre

-Environ 50 cl de bouillon de poule

Prélevez au moins 50 cl de bouillon de poule. (Attention c'est très chaud!)

Dans une casserole, sur feu doux, mettre le beurre et la farine. Mélangez avec une cuillère en bois. une fois ce mélange homogène, ajoutez petit à petit le bouillon en mélangeant avec un fouet. 

Quand la sauce blanche est bien épaissie, mais moins épaisse qu’une béchamel, vous pouvez ajouter des champignons si vous aimez. Et pour une sauce encore plus terrible, ajoutez le jus d'un demi citron, deux cuillères à soupe de crème fraîche (facultatif mais tellement meilleur) et juste avant de servir le jaune d'un œuf.
Accompagnez la viande, les légumes et la sauce de riz.

Et le reste du bouillon alors ?!

Placez le bouillon de poule au froid et le lendemain dégraissez-le en ôtant la couche de gras du dessus. Passez-le  et faites-le ensuite réchauffer dans une casserole avec de petites pâtes alphabet.

Astuce à 1000 points : congelez une partie du bouillon dans des bacs à glaçons, ainsi vous aurez toujours de quoi parfumer vos prochaines soupe ou béchamel avec du bouillon maison !

Partager via

18 janvier 2018 |  #parents #parent #jobdeparent #metierdeparents #deuxiemejournee 

Un parent, des métiers

Avant d’être parent, vous n’aviez qu’un seul boulot. Voire deux mais jamais vous n’auriez pensé en exercer dix autres en rentrant du travail !

Dans notre top métier, il y a le job de cuisinier. Bio le cuistot avec menus équilibrés et variés. Parfois vous n’avez pas l’impression d’être à la tête d’un mini resto ?

                                                

                  "Tu crois, qu'ils vont se rendre compte qu'on a mis de la courgette dans la mousse?"

Vient ensuite, et surtout pour les gars de la campagne, le métier de chauffeur de taxi avec le compteur qui tourne mais sans le règlement par carte bancaire ou en liquide à la fin sauf en cas de vomito du petit dernier malade en voiture…

Autre job mis en pratique chaque jour ou presque avec nos petits Koalas, le soigneur de bobo ! Vous avez déjà fait tellement de pansements, massé tellement de muscles douloureux et désinfecté tellement de plaies que vous songez presque à passer une VAE (validation des acquis de l’expérience). Même parfois, il vous arrive de conseiller votre doc ou votre pharmacien sur tel ou tel médicament à prescrire…

A la maison, en cas de force majeure, il n’est pas rare que vous vous retrouviez dans la peau d’un arbitre de boxe (juste pour une petite « voiture qu’elle est à mooooiiii » et même en négociateur du GIGN quand René le petit dernier retient contre son gré le doudou préféré de sa sœur Colette.

Une fois le conflit réglé et le doudou sauvé, vous pouvez enfiler votre casquette de prof de maths pour aider Germain en 4e (alors que vous avez un niveau proche du CE1). Tout en étant réparateur de jouet (finalement le doudou ne s’en sort pas indemne) ET animateur de centre de loisirs pour que René colle ses gommettes bien tranquillement pendant que vous essayez de comprendre la réciproque de Pythagore avec Germain. Alors que vous venez d’exploser les 35h en une soirée, ne faiblissez pas, il y a encore votre job de blanchisseur à terminer.

Enfin, les petits Koalas sont couchés, et à vous le job d’agent de voyages, histoire de trouver les prochaines vacances familiales !

Allez, vivement demain, le bureau, qu’on se repose un peu !

Partager via

14 janvier 2018 |  #bonheurparental #cafechaud #lespetitsbonheurs #lequotidien #quotidienaveclesenfants 

Tout ce que l’on vous souhaite pour cette année 2018 (café chaud inside)

Déjà le 14 janvier et nous ne vous avons pas encore souhaité une bonne année sur ce Mag’. Il faut croire que notre bonne résolution «  arrêtez de courir partout » est déjà passée à la trappe.

Pour cette année 2018 toute fraîche, nous vous souhaitons bien entendu de petits et grands moments de joie avec vos petits Koalas et tous vos proches.

Mais surtout, nous vous souhaitons des tas de petits bonheurs simples que seuls les parents débordés et parfois épuisés peuvent savourer :


                                        

                                       "Ca faisait tellement longtemps, qu'on n'avait pas bu un café chaud!"

-un café ou un thé chaud pris dans le calme et pas oublié sur l’îlot de la cuisine et réchauffé trois fois au micro-ondes parce qu’on a été interrompu à chaque fois que la tasse fumante se rapprochait de nos lèvres.

-des matins sereins où aucun grain de sable ou sac de piscine préparé à la hâte ne vient enrayer la routine matinale.

-des grasses mâtinées jusqu’à 8 h le samedi et le dimanche.

-des nuits pleines et pas hachées comme des steaks.

-des repas sans soupe à la grimace avec des enfants heureux de manger des légumes même s’ils ne sont pas planqués dans une béchamel.

-des séances de devoirs sans cris et sans « je veux pas les faire, j’en ai marre » mais finalement un bon moment partagé avec son enfant.

-des bains qui ne transforment pas la salle de bains en piscine olympique.

-des dents brossées vraiment et pas juste le mouillage de la brosse à dents « pour faire comme si ».

-des « allez au dodo ! » sans dix levers pour « pipi-j’ai-soif-j’arrive-pas-à-dormir-j‘ai-fait-un-cauchemar » en suivant

-des « allez on arrête la télé-les-écrans » sans réclamation abusive derrière à base de « mes copains ils ont le droit, eux ! »

-des jeux de société où tout le monde est bon joueur et où plateau de jeu reste sur la table s’en s’envoler dans les airs.

-liste non exhaustive, c’est à vous dans les commentaire sur notre page Facebook !

Allez, bonne année, bande de parents !

 

Partager via

6 janvier 2018 |  #galettedesrois #galettefrangipane #recettegalettedesrois #recettegalette 

Paie ta galette !

Alors que les rois mages feront leur entrée dans nos maisonnées demain pour l’épiphanie, il est peut-être temps de se mettre à la préparation de la fameuse galette, non ?

Mais si ! On a l’impression que de la réaliser soi-même est extrêmement compliqué… alors que c’est assez simple !

Aujourd’hui nous vous proposons la traditionnelle galette à la frangipane mais elle existe en de multiples versions : à la pomme, frangipane chocolat, crème pâtissière, aux pralines roses… Et même en version briochée : la couronne des rois.

                                             

Voici donc pour vous chers lecteurs, la recette de la galette à la frangipane de Cyril Lignac qui marie la crème pâtissière à la crème d’amande.

Pour réaliser cette galette il vous faut :

>Pour la crème pâtissière

2 œufs

50g de sucre

30g de farine

25cl de lait entier

1 gousse de vanille

>Pour la crème d’amande :

3 jaunes d’œufs

125g de poudre d’amandes

100g de sucre

125g de beurre doux pommade

>Pour la frangipane

Le mélange crème d’amande  + crème pâtissière

un bouchon de rhum (facultatif)

>Et aussi :

2 disques de pâte feuilletée

2 jaunes d’œuf

D’abord la crème pâtissière

Battre dans un saladier 2 œufs entiers avec 70g de sucre, ajouter la farine puis 25 cl de lait bouillant.

Verser le mélange dans la casserole et fouetter sans s’arrêter pendant 3mn après reprise de l'ébullition.

Le mélange doit s’épaissir sans attacher : la crème pâtissière est prête.

Faites refroidir la crème pâtissière pendant 1h au minimum.

Ensuite : la crème d’amande

Battre au fouet le beurre pommade et le sucre jusqu’à obtention d’une pâte sans grumeaux et un peu mousseuse. Ajouter les œufs un par un et enfin la poudre d’amandes

Et puis : la frangipane

Ajouter la crème pâtissière à la crème d’amandes. Mélanger bien à l’aide d’un fouet. Parfumez avec un bouchon de rhum si vous le souhaitez. 

Et enfin : le montage et la cuisson

Préchauffer le four à 200°. À l’aide d’un pinceau, recouvrir la bordure du premier disque de feuilletage de jaune d’œuf sur 2 cm environ.

Ajouter la crème frangipane avec une poche à douille si possible. En partant du centre, faire une spirale sans trop se rapprocher des bords.

AJOUTER LA FÈVE !

Déposer délicatement le deuxième disque de feuilletage. Souder les bords.

À l’aide du pinceau et du jaune d’œuf, dorer la galette.

Avec un petit couteau, dessiner une rosace et faire 2 ou 3 incisions pour permettre à l’air de s’échapper et au feuilletage de ne pas trop gonfler. 

Enfourner 10 minutes à 200°, baisser à 180° et cuire 30 minutes supplémentaires. C'est fini !

Ah, non, dernière chose, dégustez-la en famille ! Et souvenez-vous pour la savourer sans cris (j’ai pas eu la fève ouinnnnnnn), lisez ceci !

Partager via

30 décembre 2017 |  #activitesenfants #activitesnouvelan #occupersesenfantsaunouvelan #jeuxnouvelan #ideesnouvelan 

Comment occuper ses enfants pour le réveillon du Nouvel An ?

Parce que c’est presque mission impossible de trouver un ou une babysitter pour cette soirée du 31 décembre, parce que les grands-parents ont une vie sociale plus intense que celle des parents et qu’ils ne peuvent donc pas garder nos petits Koalas, le réveillon du Nouvel An c’est souvent avec les enfants.

Mais pour cet événement, on a quand même envie de faire un peu la fête, de profiter de nos collègues de passage à la nouvelle année et de tenir au moins jusqu’à minuit cinq….

Les occuper pour profiter de la soirée

Alors, une seule solution : trouver des occupations pour éviter le DVD en boucle ou les petits Koalas scotchés à nous TOUTE la soirée.

En amont anticipez la soirée en faisant une grande balade avec vos enfants, oxygénez-les un max en espérant les fatiguer au moins un peu !

Ensuite, faites-les participer aux préparatifs, ils se sentiront investis et aideront pour le service le soir.

Pour le repas long et ennuyeux pour un enfant, prévoyez un apéritif dinatoire dans lequel ils pourront picorer en toute indépendance : petits feuilletés, canapés au fromage, crudités à la croque, dès de fromage, un peu de charcuterie…

Si vous en avez la possibilité, désignez une pièce comme « salle des enfants, interdite aux adultes ». Et garnissez là de jeux de société adaptés aux différents âges, de coloriages, gommettes, crayons de couleur, peinture et pourquoi pas d'un coloriage géant avec pour mission de le terminer dans la soirée?
Oui ça risque de dégénérer, mais vous le savez la tranquillité a un prix.
 
                                    

Ou encore placez une malle remplie de vieux vêtements, les enfants adorent se déguiser ! Et à l’aide d’une tablette ou d’un appareil photo, proposez-leur de créer leur photobooth, fous rires garantis !

Bon, le risque c’est que vos petits Koalas se prennent vraiment au jeu et préparent au pied-levé un spectacle… pour leurs parents !

Après avoir élu, l’incroyable talent, vous aurez le droit de dégainer le DVD !

Allez BONNE ANNÉE !

 

Partager via