14 août 2018 |  #grossesse #gémellaire #jumeaux #deuxbébés #bébé #jumeauxgarconfille #vraisjumeaux #fauxjumeaux 

Ciel des jumeaux !

Un jour on décide d’avoir un enfant et quelques mois ou années plus tard, le bébé arrive avec son frère ou sa sœur, en même temps ! Des jumeaux ! Ah, ça si on s’y attendait !

                    

La surprise de la grossesse gémellaire, ou pas…

Parfois elle n’est pas totalement surprise cette grossesse de multiples. Notamment avec un parcours de procréation médicalement assistée (PMA) comme chez Angélique : «On est passés par la PMA, donc on savait que c’était une possibilité. Mais ça a été quand même une grosse surprise. Le papa l’a pris avec humour « Bon va falloir changer de voiture ! ». Ou parce qu’il y avait déjà des jumeaux dans la famille comme chez Ludivine « plusieurs paires de jumeaux dans la famille de mon chéri, donc ce n'était pas LA surprise. »

Et il y a aussi les mamans qui le « sentaient » comme Mélanie qui en avait la certitude : « Juste avant le premier rendez-vous chez le gynécologue j’ai dit à mon mari : je te parie qu’il y en a deux. Je ne sais pas comment l’expliquer mais j’en avais la certitude...! Du coup c’était quelque chose de “normal“ pas de surprise lors de l’annonce enfin pour moi .Il a quand même fallu un petit temps d’adaptation à mon mari. »

Des jumeaux ? Mais comment on va faire ?

Car pour tous, passée l’annonce et la joie d’une telle nouvelle, il y a quand même… une petite pointe d’inquiétude à l’instar d’Anaïs, « en passant par la PMA, le risque d'avoir des multiples n'est pas à négliger, on s'y était préparé mais quand ça devient concret ça fait bizarre ! » ou du mari de Vanessa qui voit double quand sa femme, seule pendant l’examen de confirmation lui apprend la grande nouvelle, « Oups ! Premières réactions : “ tu te rends compte, comment on va faire ? Deux bébés… L’appartement trop petit… Le matériel en double… »

Et comme tous les couples qui attendent une naissance de multiples, on est bien obligé de faire face. Comme Céline et son mari qui se sont très bien remis de leur « choc gémellaire » : « Après l’annonce, je finis par me calmer. Le médecin revient et poursuit l’examen. D’un coup je me remet à pleurer en disant “ mais ça passera jamais dans une twingo! “ Nos filles ont 4 ans leur sœur 7  et aujourd’hui on en rit. Et on sait que cela s’appelle un choc gémellaire. Mais je ne suis pas prête d’oublier le 09/08/2013 à 12:10. »

Et vous, parents de jumeaux et plus ? Comment s’est passée l’annonce de cette grossesse exceptionnelle ? Racontez-nous sur notre page Facebook !

 

Partager via

12 août 2018 |  #enfant #vacances #grandsparents #colo #coloniedevacances #parentsolo 

Quand les enfants ne sont pas là…

Les parents dansent ! Lorsque nos petits Koalas sont pour quelques jours ou plus loin de la maison, que l’on se retrouve juste à deux comme avant, y a pas à dire, ça change le quotidien !

D’abord, on tâtonne. On se réveille à 6 h 30 croyant avoir entendu René le petit dernier réclamer son petit-déjeuner. Et puis toute la première journée sans nos petits Koalas on prend ses marques. Ses nouveaux repères pour ces quelques jours. Et là on réalise que :

Le silence...

peut être pesant ! Eh oui quand on a vraiment plus l’habitude du silence TOUT LE TEMPS, on trouve cette quiétude et le chant des oiseaux à la limite angoissants. Le pire c’est de se mettre à se parler à soi-même. Vite mettre un fond sonore et en profiter pour écouter sa playlist et pas celle de ses enfants.

Notre équilibre alimentaire...

                 

est parti en vacances avec nos enfants. Quel pied de pouvoir juste grignoter ou de s’envoyer le paquet de chips au poulet sans le partager avec nos trois petits dévoreurs. Et puis on fait l’impasse sur les légumes, parce qu’honnêtement on n’aime pas trop les haricots verts mais il faut donner le bon exemple et on mange un camembert avec de la baguette à chaque repas ! Tiens, c’est marrant quand même, au bout de trois jours à ce régime on se boirait bien un bol de soupe à la courgette, dites-donc !

On a plus de temps

Oui ben c’est mathématique en fait. Les repas, les lessives, les jeux, les douches… tout ce que vous ne devez pas faire pendant cette période vous dégage plusieurs de libre dans une seule journée. Tiens, on s’ennuie un peu, non ?

Le salon reste le salon

Et pas une deuxième salle de jeux. Les coussins sont sur le canapé depuis trois jours, la couverture du fauteuil n’est pas sur la télé mais … sur le fauteuil et la table basse ne colle pas. Vous avez encore le réflexe de regarder vos pieds en foulant le tapis pour éviter une petite voiture ou une brique pointue, pourtant rien n'y dépasse. 

Mince, ça ne fait pas un peu maison témoin cette maison sans nos petits Koalas ?

Partager via

5 août 2018 |  #propreté #apprentissage #conseils #astuces 

Apprentissage de la propreté : nos astuces pour aider bébé

Votre petit Koala va entrer à la maternelle en septembre prochain (moins d’un mois, gloups) et n’est pas encore propre. Pas de panique ! Déjà, comme tous les apprentissages, l’acquisition de la propreté est une sacrée étape dans son développement et ensuite il sera propre quand il sera … prêt. C’est entre 2 et 4 ans que la propreté s’acquiert.

                               

Repérer les signes

Si notre petit Koala garde sa couche sèche plus de deux heures (ou aux siestes par exemple), si il retire lui-même son change, vient réclamer qu’on s’occupe de lui quand il est mouillé ou qu’il s’isole pour un petit caca, c’est que l’apprentissage est en marche.

Si notre petit Koala demande le pot de lui-même ou mieux à grimper sur le trône c’est déjà un énorme signe ! Il arrive qu’on ait du mal à réaliser que notre bébé soit déjà grand et l’on passe un peu à côté de ce signe pourtant évident !

Lui faciliter l’apprentissage de la propreté

Quand on constate que notre petit est bien parti pour dire adieu aux couches, on l’habille avec des vêtements faciles à retirer. C’est pour cela que l’été est une période plus facile pour l’apprentissage. On laisse notre petit koala déambuler en slip dans la maison !

Ensuite, on place un pot dans la salle de bains (ou un autre endroit facilement accessible mais un endroit facilement nettoyable aussi, en bref, on évite le tapis du salon…) et on lui indique qu’il peut y aller dès qu’il en ressent le besoin. Au début il risque d’y passer son temps, comme une espèce de nouveau jeu. On le laisse s’approprier le pot mais attention à ce qu’il n’y reste pas trop longtemps et qu’il ne se force pas. S’il veut faire comme papa et maman, on peut équiper les toilettes d’un réducteur et placer un marchepied à côté pour un accès facile. Dans tous les cas, on l’accompagne !

On l’encourage dans son apprentissage de la propreté

Et on ne le gronde surtout pas ! A la longue cela peut devenir usant de laver les sous-vêtements et le sol à chaque essai ou accident. Mais en le grondant, on peut le braquer et il se sentira dévalorisé.
Si les accidents sont beaucoup trop nombreux, on fait une pause ! Rien de dramatique de remettre cette nouvelle étape à un peu plus tard. Plus on sera sereins, mieux notre enfant avancera. 

Partager via

31 juillet 2018 |  #plage #grains #sable #bébé #famille #astuce 

Avant d’avoir un grain...

Qu’elle soit au bord de la mer, d’un lac ou pour un été en ville, la plage est toujours accompagnée de ses milliards de grains de sables et ça, comme le dit Jean-Jacques Goldman « l’on n’y peut rien changer ».

Mais on peut s’adapter.

Voici notre top astuces pour passer un bon moment à la plage sans revenir avec une tonne de sable dans le panier. Et dans la couche du bébé.

                                

Top 1 : la plage sans sable

Si vous détestez le sable depuis toujours et plus encore depuis que vous avez vos petits Koalas, choisissez une plage de galets pour poser vos serviettes. Alors oui c’est moins confortable et c’est compliqué d’y construire des châteaux de sable mais au moins pas de risque de poignées de sable qui volent direct dans les yeux de la cadette. Ah, on me souffle dans l’oreillette que les galets volent aussi très bien.

Top 2 : le drap housse comme parc de plage

Si René le petit dernier est friand de sable en guise de goûter, adoptez la technique du drap housse. Vous avez déjà certainement vu passer cette astuce : on utilise la glacière, les sacs pour caler et faire remonter les bords du drap de sorte à en faire une espèce de parc pour la plage. Ainsi bébé Koala, est bien en sécurité, éloigné du sable et sous surveillance. Les grands doivent rester autour et ne pas y poser un seul orteil.

Ah, on me souffle dans l’oreillette que c’est trop tard, les grands ont investi l’espace pendant que vous cherchiez la crème solaire !

Top 3 : les sacs hermétiques

Gardez tout ce qui ne doit surtout pas entrer en contact avec du sable dans un sac hermétique, type sac de congélation. Mettez-y les couches pour bébés, les produits de toilette. Dans un autre : les clés, le téléphone (mieux encore dans une boîte). Pareil pour le gouter ! Pensez également à conserver la crème solaire à l’abri du soleil. Le mieux étant de la placer dans la glacière.

Top 4 : se rendre à l'évidence. Enfin ailleurs, quoi.

Si vraiment, vous ne pouvez plus affronter le sable, partez à la montagne ou à la campagne : imparable.

Partager via

28 juillet 2018 |  #voyage #long #bébé #voiture #enfant #maldestransports #vacances #autoroute 

Les loupés du trajet des vacances

On a beau être hyper rôdés, organisés, préparés mentalement face aux kilomètres qui nous attendent, le trajet des vacances reste un vrai challenge pour nombre de parents.

Et nombreux sont les ratés rencontrés pendant la route vers notre lieu de repos estival !

Les bouchons

Ils sont numéro 1 dans notre top des craintes parentales. On a beau partir de nuit, ou très tôt le matin, un incident sur l’autoroute et bam on tourne au ralenti. Et parfois notre plus grosse erreur c’est d’essayer de les contourner après des heures interminables de pare-chocs contre pare-chocs alors que la situation se débloque juste après avoir choisi l’itinéraire bis. Cette deuxième option est d’ailleurs souvent suivie par beaucoup de nos collègues automobilistes et on se retrouve à nouveau… dans les bouchons !  

La pause pipi

Après 15 « j’ai envie de pipiiiii » de la part de Colette (qui refuse de comprendre qu’on en peut pas s’arrêter sur la bande d’arrêt d’urgence), on réussit enfin à trouver une aire d’autoroute dignement équipée. Pas de bol, entre temps, son petit frère qui réclamait aussi s’est endormi. Et il nous a tellement cassé les oreilles dans les bouchons que son silence est salvateur. On le laisse donc dormir du sommeil du râleur. A peine 5km après l’arrêt, devinez qui se réveille et crie « « j’ai envie de pipiiiii » ?

Le lecteur DVD qui n’a plus de batterie

Forcément avec trois heures passées dans les bouchons, le lecteur DVD, la tablette ou le mini-ordi n’ont plus de batterie.  Contrairement à nos petits Koalas qui sont chargés à bloc, eux. A l'arrière de la voiture, s’enchaînent les disputes entre les petits Koalas? Dis, chéri(e), quand est-ce qu'on arrive?

                                

Le petit vomi

Le mal des transports comme on l’appelle pudiquement. Si on a un enfant concerné, difficile d’y échapper ! On a bien entendu tout prévu : le sac plastique, les lingettes, la bouteille d’eau… et finalement on le prend plutôt pas mal car René a été malade juste avant de s’arrêter pour la pause pipi de Germain.

Le petit creux

C’est marrant comme nos petits Koalas à l’appétit de moineau se transforment en gloutons dévoreurs quand ils sont longtemps en voiture ! Pas d’inquiétude, la séquence vomi de René devrait leur couper l’appétit.

Allez bonne route et soyez prudents !

Partager via

22 juillet 2018 |  #fastfood #malbouffe #hamburger #nuggets #frites #enfant 

Jamais mes enfants ne mangeront au fast food !

Vous connaissez la rengaine : avant j’avais des principes, maintenant j’ai des enfants.

Avant d’avoir votre petit Koala, vous vous étiez juré sur votre panier de légumes frais du marché, de l’éloigner le plus possible et surtout le plus longtemps possible des temples de la malbouffe et autres plats préparés. Jamais, il n’avalerait de hamburgers, de frites fabriqués à la chaîne, pire encore, il ne toucherait jamais à un nugget qui n’a de poulet que le nom. Ahahha.

On est tous passés par là, rassurez-vous.

Et puis un jour par facilité, on l’y emmené. C’est tellement pratique, ces fast-food qu’on trouve par tout (même sur l’autoroute) et où on sait exactement ce que l’on va manger. Pas de surprise, ni sur le menu ni sur la note. Et finalement quelle fête pour nos petits Koalas de pouvoir manger avec les doigts alors que c’est interdit à la maison (sauf chez Papi et Mamie).

                              

Manger avec les doigts

En parlant de Papi et Mamie c’est bien souvent avec eux qu’ils y vont pour la première fois (ou avec Tatie). Car un petit Koala ça grandit, eh oui ! Et tant qu’ils sont tout petits, ils ne se posent pas de questions mais ensuite ils deviennent plus sensibles aux récits de leurs petits copains ou cousin(e)s plus grand(e)s.
La sortie au fast-food devient vite à leurs yeux une virée dans un monde merveilleux, même avec la meilleure volonté (détermination ?) du monde, leur faire éviter le fast-food, s’avère très compliqué.

Et entre nous (soyons tout à fait honnêtes) les sorties fast-food on aime tellement ça ! Oui bon, pas trop souvent. Mais pour un dimanche de flemme (ou mieux le lendemain d’une fête), on ne dit pas non. Et secrètement, on remercie Papi et Mamie (ou la marraine) d’avoir fait goûter son premier hamburger à Germain. Ça nous donne une excuse pour y aller avec lui « depuis qu’il y est allé avec Tatie, il réclame pour y retourner avec nous » sans avoir l’air de transiger avec nos principes.  

Partager via

15 juillet 2018 |  #foot #coupedumonde #wc18 #worldcup #mondial #football #match #russia #russie 

Coupe du monde : est-il vraiment possible de regarder le match en famille ?

Alors que la France affrontera ce soir la Croatie, vous avez peut-être prévu de regarder le match avec des amis ou en famille. Et surtout avec vos petits Koalas. Ça fait maintenant plusieurs semaines que vous collez religieusement (et plus ou moins proprement) les vignettes dans l’album Panini spécial coupe du monde 2018 en Russie et vos enfants connaissent les équipes sur le bout des ongles.

Alors pourquoi ils parlent autant devant un match ?

      

Seulement, ils sont beaucoup plus passionnés par leur album Panini, le maquillage bleu, blanc, rouge et tous les gadgets sonores et par l’idée de se coucher plus tardivement que par le match qui se joue sous leurs yeux.

Surtout, on peut se demander, en tant que fins limiers de l’analyse footballistique, pourquoi les petits Koalas parlent et s’agitent autant (genre comme s’ils étaient sur le terrain) pendant la retransmission d’un match ? Est-ce qu’on parle nous, devant leur Disney préféré ? Non ! On les laisse tranquilles (car de notre côté on l’est bien aussi tranquilles pendant ce temps-là).

Entre René qui ne comprend rien au hors-jeu, Germain qui mélange les nationalités et Colette qui scande à voix haute « pourquoi ils sont en blanc, les bleus ? », c’est très très compliqué d’entendre les commentateurs livrer leur analyse du match.

Et puis, il y en a toujours pour avoir soif ou envie d’attraper les dernières chips dans le bol sur la table basse et là, vous ne voyez même plus l’écran !

Pourtant quel bonheur, quelle joie de partager ces moments en famille ! Quand un but est marqué et que donne la corne de brume résonne dans toute la maison (pardon les voisins), quand enfin vient le coup de sifflet final libérateur entraînant des accolades et embrassades (et quelques sauts ni vu, ni connu sur le canapé !). Et puis ce fou-rire après l’effusion face à René demandant « mais alors, qui a gagné ? »

Allez les bleus !

Partager via

13 juillet 2018 |  #loto #gagnant #loterienationale #epargne #enfant 

Loto : 100% des parents rêvent de…

Avant, vous aviez des rêves d’îles paradisiaques et de tour du monde, de voiture cabriolet et de dîners dans les plus grands restaurants. Aujourd’hui vous avez trois petits koalas sous votre toit et vos envies sont un peu plus…simples.

Alors quand vous voyez passer les résultats du loto à la télé, avec votre conjoint(e), vous vous mettez à délirer sur tout ce que vous pourriez faire avec cet argent pour vous faciliter le quotidien avec vos trois enfants. Et on est loin des voyages de rêve ou du homard à tous les repas.

                               

Des envies plus terre-à-terre

En premier lieu, notre lieu de vie justement. Si nos 6 numéros sortaient, on pourrait enfin avoir la maison de nos rêves, hyper fonctionnelle, en ville ou à la campagne, moderne ou ancienne mais avec une chambre pour chaque enfant et des pièces exclusivement parentales.

Pour les déplacements de la famille, oubliée la voiture cabriolet (où bien entendu les enfants et la poussette ne pourraient pas entrer), mais place à la voiture familiale toutes options. Spacieuse et bien insonorisée avec des rangements où planquer les gourdes de compotes et coffre assez grand pour y caser la draisienne de Colette, le skate de Germain. Et tant qu’on est à rêver pourquoi ne pas y faire installer une vitre séparant l’arrière et l’avant de la voiture comme dans les limousines avec chauffeur ? Une dispute entre frangins ? Et hop, on appuie sur le bouton « stop cris » et le silence se fait. On peut même avoir le choix de sa playlist ! Magique.

Autre domaine, où on s’emballe : la gestion des tâches ménagères (ouais on a les rêves qui vont avec notre quotidien de fou !). Imaginez quelqu’un se chargeant de la corvée du linge à votre place : plus de lessives, plus de machine à étendre, plus de linge à plier, à repasser ni à ranger dans les armoires de chacun. Une indifférence totale devant le bac de linge plein, ça n’a pas de prix. Et en cuisine ! Plus de repas à préparer, ni de courses à faire, plus de liste qu’on perd, de frigo à nettoyer, de vaisselle dans l’évier (enfin si, mais même effet qu’avec le linge !), ah quel bonheur intersidéral !

Et puis aussi, pour l’avenir mettre à l’abri ses petits Koalas, on y pense aussi !

En attendant, vous pouvez toujours tenter votre chance (encore faut-il prendre le temps de valider son ticket) et épargner pour vos enfants à chacun de vos achats sur le net en passant par le bouton Capital Koala. Malin !

Partager via

10 juillet 2018 |  #vacances #ete #été #famille #enfants #plage #roman #lecture #clubmickey #trampoline #sable #soleil #mer 

Nos trucs et astuces pour être tranquilles à la plage quand on a des enfants !

Cet été, c’est décidé, vous allez réussir à lire votre roman à la plage ! Oui cela fait partie des 12 défis (un pour chaque mois) que vous vous êtes lancé à la nouvelle année et vous comptez bien le relever haut la main.

Oui, mais.
L’année dernière entre René qui se nourrissait de sable, Germain qui avait peur des coquillages vides (mais enfin !) et Colette qui voulait absolument que vous regardiez CHAQUE étape de la construction de son château de sable vous n’aviez lu que la préface.

Donnez des vacances à votre culpabilité parentale

Top 1
Les inscrire en illimité au club enfants de la plage, pardi ! Ils s’y feront des tas d’autres copains et sauteront avec joie sur des trampolines rouillés et bouillants ! Vous culpabilisez de ne pas passer ce temps de vacances avec eux ? Oh, stop ! Vous avez un défi à relever, oui ou non ?!

Top 2
Leur dire qu’un trésor est caché dans un périmètre de 10 mètres autour des serviettes. Et les inviter à creuser pour les trouver. Bon, vaut mieux ne pas tenter sur une plage bondée...

Top 3
Les envoyer chercher des glaces à l’autre bout de la plage. Et pour vous, demandez un parfum qui n’existe pas. Bien aimables vos enfants seront obligés de revenir vous voir pour un autre choix. Et d’y retourner. Bien entendu, papa les accompagne pour qu’ils ne se perdent pas. Sans son portable.
 
                              
                           Ils ne sont pas prêts de trouver le parfum "fleur de ciboulette" chez le glacier!


Top 4

Et si vos chers petits koalas devaient trouver seulement des coquillages en forme de cœur pour leur maman d’amour ? Là, c’est au moins une heure de tranquillité assurée !

Top 5
Si aucune de ces propositions ne fonctionne et que vous n’avez même réussi à lire le premier chapitre : menacez les de les mettre aux devoirs de vacances. Pensez à toujours avoir les cahiers dans votre panier et à les agiter quand vos petits Koalas sont tous agglutinés autour de vous sur VOTRE serviette.

Allez, bonne lecture !
(Ne prévoyez pas un pavé de 500 pages non plus).

 

 

Partager via

8 juillet 2018 |  #vacances #ete #été #famille #enfants #activités #sheila #lecoleestfinie 

Mais oui, mais oui l'école est finie !

Parent, donne moi ta main et prends la mienne, la cloche a sonné ça signifie : deux mois avec une organisation béton pour que nos petits Koalas soient bien occupés / gardés en attendant les congés de leurs parents.

Et aussi deux mois à craindre que le moindre grain de sable ne vienne enrayer cette organisation.

Les tops et les flops des vacances avec ses enfants

Mais ça peut signifier aussi, deux mois avec eux 24 h/24 et 7j/7 si on est parent au foyer et prier pour que la rentrée soit avancée. Et aussi deux mois à profiter de moments en famille, avec jeux de société, sorties vélo et virée à la piscine. Et si jamais chacun à besoin d’air, il n’est pas interdit de bouquiner dans son coin.

L’été c’est aussi toute ces soirées sans devoirs ! Et ça, pour tous les parents d’enfants peu enclins aux problèmes de maths et autres leçons de français, c’est juste le pied. Si vos petits Koalas réclament du travail (ces fayots !), offrez-leur un cahier de vacances ou révisez les tables de multiplication en changeant les proportions d’une recette de gâteau (on verra s’ils font encore les malins).

                                  

Vous allez aussi en profiter pour vivre au ralenti : finie la course du matin ! Pareil pour le dîner, on passe à table plus tardivement sans se presser, oublié le tunnel 18-20h ! Oui mais justement les repas... deux fois par jour il va falloir se mettre en cuisine et nourrir toute votre tribu. C’est certainement le moment idéal de mettre vos ados à contribution. S’ils rechignent à vous aider, préparez de la ratatouille ou des brocolis à tous les repas, ça devrait les décider.

Côté activités, pas la peine de charger trop le porte-bagages du vélo, l’emploi du temps de ministre, toute la famille donne déjà assez le reste de l’année. Et si alors que vous êtes tranquillement installé(e) dans votre transat, revient trop souvent à vos oreilles « je m’ennuuuuie », mettez les sur le dossier « jardinage ». Ça fait trois semaines que le terrain est lui aussi en vacances... Non vraiment, ce désœuvrement tombe à pic!

Mais oui, mais oui l’école est finie !

(De rien).

(Pour l’air de la chanson).

Partager via