22 mai 2018 |   

Fête des mères : nos souhaits inavoués

Alors bien sûr on sera émue face René le petit dernier récitant à peu près sa poésie à base de « maman t’es la plus belle des mamans du monde », on alignera le pot à crayons de Colette (réalisé avec un rouleau de papier toilette) avec celui de Germain en version récup’ boîte de conserve sur notre bureau et on se laissera couvrir de bisous plus ou moins doux.

Ce que l’on veut vraiment

               

Mais soyons franches, entre nous, on peut bien se le dire ici, ce que l’on voudrait pour la fête des mères, c’est :

-que ce soit toute l’année ! Un jour seulement ! Avec tout ce qu’on fait pour notre famille, c’est pas sérieux ?!

-dormir tard. Pas la grasse mat’ jusqu’à 8h30, non celle qui nous amène directement au brunch de 11h30. Et si ce sont les chants d’oiseaux qui nous réveillent et pas Colette qui tente de reprendre façon yaourt la dernière chanson entendue à la radio, c’est mieux. Bien mieux.

-ne pas avoir à toucher une casserole, un robot éminceur ni à ouvrir le frigo de la journée. Sauf peut-être pour sortir l’apéro...

-un beau cadeau. Si, si le collier en perles à repasser c’est bien. Le sac en toile avec un dessin de bonhomme patate sans bras aussi. Mais un collier façon vrai bijou de bijouterie et un sac qui vient de la maroquinerie, on vous jure qu’on adore aussi !

-pareil pour le bouquet de fleurs. Les pâquerettes du jardin sont trop mimi mais si elles sont accompagnées d’une composition de nos fleurs préférées (et pas les boutons d’or arrachés du talus) les pâquerettes n’en seront que sublimées.

-du calme. Du petit-déj au dîner sans disputes dans la fratrie. Mais vraiment aucune.

-une sortie en amoureux ou avec des copines. Parce qu’on n’est pas qu’une maman !

Voilà, il ne vous reste plus qu’à laisser traîner cette liste bien en évidence...
Allez, bonne fête à toutes les mamans!

Partager via

18 mai 2018 |   

Fête des mères : offrez lui le cadeau qui lui correspond avec Groupon !

Même si le poème écrit avec tout votre amour (et votre orthographe aléatoire) quand vous aviez 7 ans restera à jamais le plus beau des cadeaux dans son cœur (enfin c’est ce qu’elle dit !), pour ce jour spécial de fête des mères, c’est facile de lui trouver le cadeau idéal avec groupon.fr

Des cadeaux pour tous les profils de mamans !

Chaque dimanche, elle vous taquine avec ses performances en course à pied ou à vélo ? Permettez-lui de se dépasser plus encore avec un saut à l’élastique, un vol en ULM, une rando quad, un run au Mont Saint Michel, ou un tour de voiture de sport sur circuit... elle devrait moins faire la maligne !

                 

Si elle est plus détente et cocooning, direction la rubrique “beauté et spa“ avec des centaines d’offres comme des séances de hammam, des forfaits modelages, du relooking, des soins du corps et du visage...

                 

Votre maman a la bougeotte ? Elle sera alors bien évidemment comblée par un voyage au bout du monde ou à 2h de chez elle !

                 

L’avantage avec Groupon c’est que vous avez le choix ! Des centaines de deals dans de nombreux domaines (un resto, un spectacle, un pass culturel c’est chouette aussi !) et surtout vous trouverez toujours le deal qui correspond à votre budget.

En parlant budget, ils ne sont pas top ces deux deals ? Pas la peine de choisir, offrez lui les fleurs ET le resto !

                 
  
              

Et bien sûr avec votre cadeau vous pouvez aussi lui offrir un poème. Oui, oui même à 35 ans !

Côté Capital Koala, on vous reverse jusqu’à 8.5% de vos achats sur le livret épargne enfant de votre choix.

Partager via

16 mai 2018 |   

ll y a le sable, le soleil mais pas la mer

Avant d’être dotés de nos petits Koalas, le parc c’était synonyme de pause nature. Aux premiers rayons de soleil, on avait plaisir à y aller.

On choisissait un banc au hasard pour se poser avec un bon roman ou pour simplement regarder les autres vivre autour de nous. D’ailleurs c’était toujours attendrissant de voir ces parents débouler avec leurs mômes. Mais aux premiers cris aussi puissants que les décibels d’un avion de chasse au décollage on avait aussi plaisir à le quitter.

Fini de rêvasser...

                           

Maintenant, avec nos trois petits Koalas prêts à en découdre avec le toboggan et autres structures de jeux, c’est autre chose qu’une promenade de santé !

Déjà, on ne choisit plus un banc au hasard pour se poser. Nos minis ont leurs habitudes. C’est celui près des balançoires. Ainsi ils se postent telles des sentinelles et bondissent quand enfin elles sont libres !

Entre l’arbitrage pour les tours de balançoire, les « non, on ne remonte pas le toboggan à l’envers », les « laisse ces mouchoirs sales » et René le petit dernier qui tente d’avaler une seconde poignée de sable, on décide vite de proposer le gouter pour se poser un peu. Ahahah, naïveté parentale 10e degré ! Germain fait tomber sa compote et pleure parce que l’embout est sale, Colette trépigne parce qu’on a pris les gâteaux à la fraise et PAS ceux au chocolat.... et René n’a pas faim avec le sable qu’il s’est déjà envoyé.

Au moins c’est animé, parce que quel ennui quand tout se passe bien. Quand aucune dispute ne fait d’ombre au tableau de la fraternité, quand les tours de balançoire s’enchainent sans cris, quand vous devez regarder 10 fois Colette faire la roue (en évitant les crottes de chien) c’est lassant à la longue, non ?

Il est alors grand temps de sonner le rassemblement et de les faire décoller du tourniquet. Mais ça c’est une autre aventure...

Partager via

14 mai 2018 |   

Cap sur la Coupe du monde de foot avec la Fnac !

Dans un mois exactement commencera la Coupe du Monde de foot en Russie. Quand on n’a pas la chance de voir les matches sur place, la solution idéale (et beaucoup plus facile) reste la retransmission télévisuelle. Encore faut-il être dignement équipé me répondez-vous.

Et vous avez raison !

Vivez des moments forts !

               

A l’occasion de la Coupe du Monde, fnac.com vous propose toute une sélection d’offres en TV et vidéo pour profiter pleinement des matches de foot en famille ou entre ami.

C’est peut-être l’occasion de changer ce vieux téléviseur et d’opter pour un écran plus grand avec une meilleure résolution.

             

Et pour jouer à fond le ballon et vivre au plus près de l’action, optez carrément pour un vidéoprojecteur et une barre de son. Sensations garanties !

Si les voisins râlent à cause du bruit vous avez deux solutions : utiliser un casque TV ou investir dans une tireuse à bière et les inviter à vibrer avec vous !

              

En plus, juste après le début de la Coupe du Monde, le 17 juin, ce ne serait pas la fête des pères ? On vous dit ça, juste comme ça...

En attendant, histoire de patienter, retrouvez sur fnac.com tous les jeux (vidéos, de société) et les produits dérivés (ballons, livres, albums Panini) aux couleurs de Russie 2018.

             

Allez les bleus !

Côté Capital Koala, on vous rembourse jusqu’à 9% de votre commande sur le livret épargne enfant de votre choix.

Partager via

13 mai 2018 |   

Sortez au musée avec vos enfants : Stéphanie vous guide!

Aujourd’hui le Mag’ a le plaisir de recevoir Stéphanie Buhot, auteure du blog « Ma poussette à Paris ». A force d’y partager, notamment, ses bons plans sur les idées de sorties avec ses enfants à Paris, elle a publié « Ma Poussette à Paris » chez Jacob Duvernet en 2011 et « Paris avec les enfants », aux éditions Leduc en 2015.

Passionnée de culture (Stéphanie est notamment diplômée de l’Ecole du Louvre), elle a vu bien plus grand puisque est sorti en janvier dernier « Les enfants, au musée ! » aux éditions du Rocher, un guide à destination des parents, bourré de détails et d’anecdotes historiques pour initier ses enfants de façon ludique à l'art sous toutes ses formes : peinture, sculpture, arts décoratifs, châteaux et jardins... Le guide recense aussi les musées et châteaux incontournables, et les adresses utiles qui proposent des audioguides, des animations et des équipements adaptés ....pour les enfants, bien sûr !

 

Crédit photo Agnès Colombo

Capital Koala : « Bonjour Stéphanie et merci de venir à la rencontre des lecteurs du Mag’. Entre votre job de maman de deux enfants( le Môme 8 ans et Little Marmot 5 ans), votre blog, vos livres, votre travail, la course à pied aussi, vous ne manquez pas d’occupations ! Quel est votre secret ? »

Stéphanie Buhot : « J’ai toujours eu une vie bien remplie, j’ai tendance à être un peu hyper active même si depuis quelques temps j’essaie de m’obliger à prendre du recul en essayant d’apprendre à ne rien faire !

Mais en même temps je ne pense pas en faire beaucoup plus que la plupart des autres mamans ! Facebook et les réseaux sociaux ne sont pas un reflet exact de la vie réelle. Je n’ai pas de secrets, je fais comme nous toutes : je jongle ! Je suis plutôt organisée et je lâche beaucoup de leste sur des choses qui m’importent peu comme le rangement de ma maison par exemple. Un jour j’ai lu cette phrase : “les enfants ne se souviennent pas si la maison était ou non en ordre par contre ils se rappellent des moments que les parents ont partagé avec eux“, c’est un peu ma philosophie.

Capital Koala : « Vous bloguez depuis 8 ans et grâce à cette activité vous avez publié trois livres « ma poussette à Paris » « Paris avec les enfants» et « Les enfants au musée ! ». Vous vous attendiez à cela en commençant ? »

                                               

Stéphanie Buhot : « Non pas vraiment, j’ai toujours aimé écrire depuis toute petite, mais sans vraiment y croire. D’ailleurs pour mes trois ouvrages il a fallu qu’une autre personne me pousse un peu en me disant que c’était possible que de faire un livre sur tel ou tel sujet pour que je finalise les projets. Le blog m’offre un espace de liberté que je n’ai pas ailleurs, je n’ai pas de compte à rendre. Je choisis mes projets d’écriture avec le même critère. Je suis très fière de mon dernier livre « les enfants au musée » parce qu’il réunit toutes les facettes de ma vie : mes enfants, mon blog, mes études d’art et ma passion pour l’écriture ».

Capital Koala : « Au quotidien avec votre conjoint, vous êtes plutôt agenda électronique partagé ou calendrier papier accroché au mur de la cuisine ? »

Stéphanie Buhot : « Plutôt calendrier même si au final, on le remplit très mal ! C’est moi qui gère l’organisation familiale et je dois souvent la répéter à mon mari ! On fonctionne comme ça depuis longtemps alors je crois que c’est mal parti pour changer ! Le calendrier dans la cuisine est plutôt là pour décorer ! «

Capital Koala : « Vous êtes également très connectée. Quelles sont les applis dont vous ne pouvez vous passer ? »

Stéphanie Buhot : « Je suis accro à Instagram ! Sinon j’aime beaucoup l’appli Yuka pour m’aider à faire les bons choix au supermarché, France Inter pour mes trajets en train ou mes sorties running et Fitbit pour mes compte-rendu de courses. Sinon j’avoue que je télécharge au coup par coup : Waze lorsqu’on part en vacances ou des applications des lieux où l’on se rend. La mémoire de mon portable est vite remplie par les photos alors il ne reste pas beaucoup de places pour les applis! »

Capital Koala : « Chez Capital Koala, nous nous intéressons beaucoup à l’avenir des enfants notamment par le biais de l’épargne enfant. Vos enfants savent-ils déjà ce qu’ils voudront faire plus tard ? »

Stéphanie Buhot : « Non pas vraiment, mon grand adore le sport et veut participer aux Jeux Olympiques ! Le petit veut être journaliste comme son papa pour regarder la télé toute la journée… Je suis persuadée que les métiers auxquels ils pourront prétendre ne sont pas encore inventés alors j’essaie surtout de leur apprendre à s’adapter à toutes les situations et à en faire des petits garçons curieux de tout ! »

A une semaine de la nuit européenne des musées, Merci Stéphanie d’être venue à la rencontre des lecteurs du Mag’. Vous pouvez la retrouver sur son blog, sa page Facebook et sur son compte Instagram pour la suivre au quotidien et surtout découvrir ses bons plans en matière de sortie pour les enfants.

Partager via

11 mai 2018 |   

Un monde de cadeaux pour la fête des mères !

La fête des mères approche et vous êtes en manque d’idées, votre maman vous la gâtez régulièrement et surtout elle change souvent d’avis quand vous abordez le sujet du « cadeau qui lui ferait plaisir ». Pas de panique ! Pour une fête des mères réussie et jolie rendez vous vite sur le site de Maisons du Monde !

                                          

Des idées cadeaux et encore des idées cadeaux...

Des meubles pour le salon, la salle à manger, la chambre, la salle de bains, des centaines d’idées déco (luminaires, tapis, cadres, objets tendance, verrerie, vaisselle, miroirs, toiles et tableaux...) et même tout ce qu’il faut pour rendre le jardin plus beau et profiter des beaux jours.

               

 

Pour tous les budgets, du petit cadeau « je pense à toi » au gros cadeau qui peut-être celui de tous ses enfants, votre maman sera plus que touchée d’un cadeau qui lui ressemble forcément.

Le site multiplie les styles et les inspirations, comme avec la collection Vintage Chic qui propose une sélection de meubles et objets très complète et à différents prix.

 

               

Et si vraiment vous ne savez pas choisir pour elle, rien de plus simple, offrez lui une carte cadeau Maisons du Monde ! Effet assuré !

Côté Capital Koala, on vous rembourse 5,5% de votre commande sur le livret épargne enfant de votre choix.

Partager via

6 mai 2018 |   

C'est vraiment nul ici!

Vous connaissez l’expression « l’herbe est toujours plus verte ailleurs » mais vous ne saviez pas qu’en grandissant vos petits Koalas vous la servirez aussi souvent.

Oh bien sûr, ils n’utilisent pas l’adage d’origine, non, ils vous balancent plutôt « chez Zoé, c’est bien mieux qu’ici » ou encore « Gertrude, elle peut regarder la télé le soir, ELLE ! » ou le summum « vous êtes trop nuls comme parents ! Ceux de Lucien sont bien mieux ! »

Vous êtes trop nuls comme parents !

                                      

Wokkkayyyy. René est en mode rejet ou bien ? Alors qu’avant-hier on était la meilleure maman du monde parce qu’on l’avait autorisé à bouquiner plus longtemps avant de dormir, aujourd’hui patatras. Juste parce qu’on lui a refusé plus un autre épisode de son dessin animé préféré.

Pas facile à prendre en pleine figure !

Mais il faut relativiser. Ailleurs c’est toujours plus beau (un peu comme sur les réseaux sociaux, ahaha) et nos petits Koalas n’ont pas encore compris que Zoé, Gertrude ou Lucien se voient aussi poser des limites par leurs parents.

Les horaires, l’accès à la télé, aux jeux vidéo... n’est pas pareil partout, il faut expliquer à nos enfants que chaque famille a ses propres règles. Ce qui autorisé ici ne l’est peut-être pas chez leurs copains !

Pour que nos petits Koalas en prennent conscience, il n’y a rien de plus facile : inviter leurs amis. Pas la peine non plus de fayoter outre mesure, votre enfant n’est pas dupe (bande de petits malins). Mais quand Zoé ne sera pas obligée de finir ses haricots verts pour avoir une crème au chocolat en dessert, qui sera le meilleur des parents du monde aux yeux de cette petite ? Vous, bien sûr !

Et la première chose qu’elle dira en rentrant chez elle ce ne sera pas que René n’a pas le droit de regarder la télé... mais que s’il ne finit pas son assiette, ses parents n’en font pas tout un drame, EUX ! ;)

Partager via

4 mai 2018 |   

Première colo : même pas peur!

Ces vacances de printemps viennent de vous rappeler (assez intensément) que les vacances avec des enfants n’en sont pas réellement (pour les parents, hein). On les adore nos petits Koalas mais leur trouver des occupations à longueur de journée ou les laisser s’ennuyer (c’est bon pour leur imagination) demande... comment dire, une certaine énergie ? Et ne parlons même pas du casse-tête quand en plus on ne peut pas prendre de congés de notre côté. Système D enclenché, option jonglage 5e dan : Germain chez papi et mamie, Colette au centre de loisirs et René le petit dernier à la crèche non stop.

Et si pour cet été, on les envoyait une ou deux semaines en colo ?

               

Rien qu’à lire cette dernière phrase, certains d’entre vous sont au bord du malaise.

-Il est trop petit.

-C’est beaucoup trop loin de la maison.

-Il n’est jamais parti plus de trois jours. Et c’était chez mamie.

-Il est tellement difficile à table, il va mourir de faim.

-S’il fait pipi au lit, il n’osera pas en parler.

-Je n’ai aucune confiance, si je ne connais pas, je ne confie pas !

Il est bien normal de se poser toutes ces questions quand on envisage de laisser partir son enfant (la prunelle de ses yeux !) la toute première fois en colonie de vacances.

Avant de choisir un séjour, il faut déjà en parler avec le principal intéressé : votre enfant !

Est-ce qu’il serait d’accord ? Qu’est-ce qu’il aimerait découvrir ? Est-ce qu’il voudrait partir avec des copains ? Etc.

Vous êtes ceux qui le connaissent le mieux et pouvez choisir pour cette première expérience une destination proche de la maison et surtout en court séjour. Certains centres proposent des séjours de 5 jours.

Les enfants sont tous différents et ne réagissent pas de façon identique et ce parfois dans une même fratrie. Colette a toujours aimé découvrir de nouveaux horizons, se lie facilement d’amitié et n’angoisse pas à l’idée de vous quitter, banco, votre cadette est davantage prête que votre ainé qui n’a jamais vu d’autre chambre que la sienne.

A la mer, à la montagne, à la campagne, stage de voile, d’équitation, de rollers, de skate-board, de BMX, découverte du cirque, de la poterie... une fois le nez dans les catalogues et les sites internet, pour votre petit Koala, le plus compliqué ce sera de faire un choix.

Et vous, vous êtes prêts à le laisser partir quelques jours ?

Partager via

2 mai 2018 |   

Terrible two, or not ?

Hier Colette s’est couchée en réclamant « un dernier bisou Maman » et ce matin elle s’est levée en bougonnant et a hurlé « non ! Pas le bol rouge » devant son petit-déjeuner.

Or, le bol rouge a toujours eu l’exclusivité pour recevoir ses céréales. Et à nouveau, au moment de l’habiller, elle a refusé sa robe favorite en l’envoyant balader à l’autre bout de sa chambre.

Mais quel esprit maléfique a pris possession de votre douceur de petite fille pendant la nuit ? Elle a quel âge déjà votre Colette ?

Ah, 21 mois. Voilà.

Opposition, je crie ton nom

               

Votre bébé, l’est de moins en moins, il ou elle marche, grimpe, mange (à peu près) seul, sait exprimer ses désirs avec ses premiers mots, ses premières phrases même. Et voilà, qu’il ou elle en prend conscience et se laisse un peu déborder par ses émotions.

Même si c’est assez déstabilisant pour les parents, c’est donc une période tout à fait normale. ET un grand classique dans les étapes de la vie parentale.

Cela donne des dialogues surréalistes comme le non à toute les sauces : 

-Tu viens prendre ta douche, s’il te plaît ?

-Non !

-Tu dis bonjour à ta mamie, Colette ?

-Non, pas aujourd’hui !

-Tu veux mettre tes bottines bleues ou tes baskets rouges ?

-Non !

-Tu veux un dessert ?

-Non ! Si !

Et également des roulades au sol encore jamais vues avant comme les hurlements au parc parce qu’il est l’heure de rentrer ou les trépignements à la boulangerie car vous avez eu le culot de refuser une sucette au cola !

Il va falloir tenir bon et adopter quelques stratégies d’évitement comme ne pas dire « mets tes chaussures s’il te plait » mais « tu préfères mettre tes baskets ou tes bottines pour sortir ? »

Ruser sera la clé pour surmonter cette période. Vous en rirez... dans quelques années :)

Partager via

29 avril 2018 |   

Mince ! Je parle comme ma mère !

Vous y êtes. Vous avez prononcé LA phrase. Celle qui vous faisait hérisser les poils quand vous aviez quoi, 12, 14 ans ?

« Je ne suis pas ta copine ». Vous venez de le dire à Colette qui vous a donné en guise de réponse à « Tu penses faire tes devoirs un jour ? », un joli « ouech meuf/gars ».

Même si effectivement, vous pensez vraiment ce que vous venez de dire (d’ailleurs à voir sa tête, à peine la phrase sortie de sa bouche, Colette est de votre avis aussi), vous l’avez dite. Vous l’avez diiite. Toute votre vie, vous vous étiez juré.e de ne pas sortir cette phrase à votre progéniture. Vous n’avez pas choisi « tu ne me parles pas comme ça ! », non, vous avez perpétré la tradition familiale en quelque sorte.

De génération en génération...

        

Ces petites expressions, ces formules toutes faites, entendues toute notre enfance et toute notre adolescence, celles qu’on a moquées avec nos amis (dans le même bateau), à notre tour, on les ressort.

"C’est pas Versailles ici !"  Très jeune, on ne comprenait même pas ce que ça voulait dire. Même si on avait un petit doute en voyant notre père éteindre toutes les lumières des pièces laissées vides.

"Tu me remercieras quand tu seras grand-e ! "Celle-ci, elle avait du mal à passer quand notre mère nous refusait un coucher tardif alors que le dimanche c’était le seul jour où on pouvait voir un film à la télé ... ou dans le même registre « tu comprendras quand tu seras plus grand-e ». Alors celle-ci, on doit désormais reconnaître qu’avec notre expérience de parents, elle est bien utile pour éluder les questions parfois embarrassantes de nos petits Koalas.

Et on ne se gêne pas pour la leur servir ! Et si ça râle, comment on enfonce le clou ?

Par « Va ranger ta chambre, s’il te plaît !»

Partager via